Un avenir dans le secteur culturel ? Interview de Paul Clouvel, Elektramusic

Paul Clouvel, Directeur, Elektramusic
Animateur des ateliers “Création d’association et d’activité dans le secteur culturel”, et “La recherche d’emploi dans le secteur culturel”

Le secteur culturel souvent présenté comme bouché : est-il possible de s’y construire un avenir et comment ?
Le secteur culturel est présenté comme bouché dans des modes de fonctionnement hérités des années 80 et qui sont à revoir. Par exemple, le modèle économique de certaines compagnies de théâtre ne fonctionne plus, car il est trop dépendant des finances publiques.
Il y a un autre modèle à inventer : plus coopératif, plus dans l’ESS, plus dans la mutualisation de moyens. Un autre monde est en train de se mettre en place. On est en train de changer de logiciel, même si on n’en connait pas encore la forme ni le nom : il sera hybride, transdisciplinaire, et les structures culturelles seront moins mono-thématiques.

Quel est pour vous le lien entre culture et engagement ?
La culture c’est un engagement. C’est un engagement de tous les instants. Pour la plupart des acteurs culturels, c’est une passion, au quotidien. Dans la culture, le temps de travail n’est en aucun cas comptabilisé par des heures. On est artiste tout le temps, on ne s’arrête pas d’être artiste quand on va se coucher.

Pour le personnel administratif et technique autour des artistes ça demande une vraie force. Porter des projets culturels aujourd’hui c’est du militantisme. Cet état d’esprit militant existait au début, il s’est perdu, et maintenant il revient.
Quand on consacre 80% de son temps aux recherches de financement, qu’on se se décarcasse au quotidien, c’est un vrai engagement que l’on prend pour continuer à partager avec le public, mais aussi pour réussir à faire vivre des secteurs culturels de niche, comme la musique baroque.

L’engagement en culture passe aussi par l’ouverture aux publics dits éloignés : dans les zone défavorisée, dans les prisons. C’est un engagement qui n’est pas la priorité des structures culturelles, mais elles le font car elles en voit l’utilité sociale.

3 conseils à donner à un jeune qui cherche un emploi dans le secteur culturel ?
– Être de plus en plus polyvalent.
– Montrer son intérêt sa passion, montrer qu’on vibre pour sa discipline : si on fait ça, le réseau va venir tout seul.
– Mettre a profit les temps « morts », hors emploi, hors formation, pour développer ses compétences dans le cadre du bénévolat.

3 conseils à un jeune qui souhaite créer une activité dans le secteur culturel ?
– Avoir un moral et un projet en acier trempé.
– S’inscrire dans une dynamique de territoire.
– Se voir comme un véritable acteur actif pour développer des partenariats.

Join the discussion One Comment

Leave a Reply