Les films à voir et à revoir selon Isabelle Giordano et la promotion 2016

By 4 juillet 2016 juin 13th, 2018 18 - Autrans 2016, Projections, Promotions 2016

Vous rêviez d’un répertoire de films qui change la société ? L’Université d’Été d’Autrans l’a fait !

Isabelle Giordano, directrice générale d’Unifrance mais avant tout passionnée de cinéma, est venue éveiller nos émotions en nous interrogeant sur les films qui ont changé nos perceptions du monde.

Pour cette cinéphile, le changement des mentalités, le changement du monde peut intervenir grâce au cinéma. Son intervention est une véritable invitation à s’enrichir des films divers et variés où se mêlent culture et beauté.

Pour les férus de réalisation audiovisuelle elle nous transmet, tout simplement, le secret de réussite de Quentin Tarantino : la passion, l’envie de filmer et de raconter une histoire. Autre astuce : pour les courts-métrages se renseigner auprès de l’Agence du court métrage ou s’appuyer sur un producteur.

Le milieu du cinéma n’étant pas un secteur exemplaire, on note que l’association 1000 Visages œuvre pour que le cinéma français soit à l’image de la société. L’association Le Deuxième Regard, quant à elle, travail sur le changement des mentalités.

Mais la beauté de cette conférence vient de ceux qui sont justement si beau… les lauréats de l’Institut, qui ont créé avec Isabelle Giordano un véritable répertoire de films à voir et revoir pour vos longues soirées d’été… Des films qui méritent d’être vu et on vous dit pourquoi.

La mémoire du cinéma :
La vie est belle, de Roberto Benigni, qui traite avec légèreté un sujet difficile. Si l’usage de l’humour dérange certains, Isabelle Giordano rappel qu’il a permis à de nombreux jeunes Américains de découvrir l’Holocauste.

La vague, de Dennis Gansel, pour comprendre les rouages du totalitarisme.
D’ailleurs, en parlant de mémoire petite anecdote : les supers héros on étés créés par des résistants qui ont quitté l’Allemagne nazi.

Les préjugés ont la vie moins dur avec le cinéma :
Intouchables, d’Olivier Nakache et Éric Toledano, pour avoir touché le gouvernement français qui à reçu ses réalisateurs pour rouvrir la discussion sur la loi Handicap de 2005 (Voir aussi la conférence Yann Echinard sur « Le Handicap en France, miroir d’une société encore discriminante). Ce film nous interroge aussi sur la responsabilité de l’artiste, Intouchable à toucher près de 50 000 personnes.  Le cinéma est ainsi un véritable outil de communication, un vecteur, un moyen…

Billy Eliott, de Stephen Daldry, qui fait bouger les préjugés ainsi que les stéréotypes. Dans cette lignée la promo vous propose aussi Tom Boy, de Céline Sciamma.

Coup de cœur de lauréats :
La femme en or, de Holger Haase, qui a touché Brendan et qui traite de la vie de Gustave Clint.

Nos étoiles contraires, de Josh Boone, qui a ému Awa.

Much Loved (Nabil Ayouch), Citizen Kane (Orson Wells), American History X (Tony Kaye) qui nous tous ont marqués.

Mais aussi Timbuktu, d’Abderrahmane Sissako et 99Fr, de Jan Kounen.

Les hommes du Président, d’Alan Pakula, Indigènes de Rachid Bouchareb, pour leur influence sur la législation.

Demain de Cyril Dion et Mélanie Laurent, pour les communautés qu’il a fédérées.

Coups de cœur de Matthieu, Community Manager de l’Institut :
Labyrinthe du Silence, de Giulio Ricciarelli, et Sicario, de Denis Villeneuve.

Et pour plus d’idées films, l’invitée de l’Institut vous conseille la Cinémathèque

Les bonus proposés par les lauréats:
Le 12 minutes de Dacota Langlois.

La chaine Epic teaching of history qui nous pousse à réfléchir sur l’attention qui doit être prise sur ce qu’on montre aux têtes jeunes, car le cinéma peut aussi bien faire passer de belles choses que de mauvaises… On vous laisse découvrir.

Les dessins animés du studio Gibli qui nous à amener a porter une réflexion sur les dessins animés de notre enfance et les préjugés colportés sur les femmes.

 

Et parce que cette conférence c’est surtout une histoire de cinéma, de salle de cinéma, Isabelle Giordano vous invite à aller voir dès sa sortie cet été : Divine, de Max Ophüls

Aussi la conférencière revient sur l’intervention du couple Klarsfeld dont le récit mériterait une adaptation cinématographique pour que la mémoire perdure, à bon entendeur pour les réalisateurs en herbe !

Texte, Leslie Schipper, lauréate 2016
Photos, Solène Erkut, lauréate 2016

Leave a Reply