Jean-François Chougnet, autour de la Méditerranée

Jean-François Chougnet s’est présenté aux Lauréats comme un historien qui a « mal tourné ». Il paraît pourtant difficile, au vu de son parcours, de lui appliquer ce qualificatif ! Après avoir étudié à l’ENA, Jean-François Chougnet a travaillé pendant plusieurs années au centre Pompidou, à Paris, et s’est forgé une expérience professionnelle et artistique de par ses emplois dans différents musées. Il fait le choix d’une carrière en dehors des frontières françaises et contribua notamment à la création d’un musée d’art contemporain à Lisbonne, dont il a été nommé directeur en 2006. Il prend en 2013 la direction du MuCEM, à Marseille.

Lors de sa conférence, Jean-François Chougnet a témoigné aux Lauréats son attachement au MuCEM, ainsi qu’à la culture méditerranéenne. Il définit le MuCEM comme un « musée de société », se fixant pour objectif de mettre l’art contemporain à la portée de tous. Les thèmes des expositions s’inscrivent dans cette politique d’accessibilité : celles-ci ne doivent pas nécessiter « 50 000 mots d’explication » et les œuvres exposées doivent pouvoir être saisies, si ce n’est au premier coup d’œil, du moins au deuxième. Jean-François Chougnet espère développer encore le potentiel de son musée et proposer des expositions de plus en plus variées. La multiplicité des thèmes abordés au travers des expositions du MuCEM tire son origine de la diversité des collections et des œuvres disponibles : il a hérité des fonds du musée des Arts et Traditions populaires, et bénéficie de prêts de nombreuses institutions culturelle, comme le Centre Pompidou ou la Bibliothèque Nationale de France. Nombreuses sont les sources d’alimentation artistique du MuCEM !

Le MuCEM, de par sa situation exceptionnelle sur le vieux port de Marseille, son architecture, la diversité et la richesse des collections présentées a suscité l’enthousiasme des Lauréats, à l’instar de Mélissa qui loue des « expos assez superbes ». Les Lauréats de l’Institut de l’Engagement garderont certainement un très bon souvenir de leur passage dans ce centre hautement culturel !

Texte : Athénaïs Sauvée
Photos : Yanis Bazizi, lauréat 2016

Leave a Reply