Intervenante – Lina Ben Mehnni – mercredi 18 janvier

By 17 janvier 2017 janvier 22nd, 2019 20 - Marseille-Tunis 2017, Promotions 2016

Lina Ben Mhenni est une cyberdissidente, blogueuse et journaliste tunisienne. Elle a par ailleurs été assistante d’anglais à l’université de Tunis.
En 2007, elle commence l’écriture d’un blog sous le pseudo de Nightclubbeuse. Dans un premier temps, elle aborde différents sujets dont des questions privées mais aussi des problèmes sociaux et des questions de droits humains .Puis, influencée par le mouvement social du bassin minier ( 2008), elle rejoint d’autres blogueurs tunisiens qui combattent pour la liberté d’expression et les droits humains dans leur pays. Son blog, A Tunisian Girl, est par la suite interdit et censuré par le régime de Zine el-Abidine Ben Ali.

Pendant la révolution tunisienne, en décembre 2010 et janvier 2011, elle se rend à Sidi Bouzid, le site de l’auto-immolation de Mohamed Bouazizi, puis à Kasserine et figure parmi les premiers à rapporter les événements qui se déroulent sur place. Elle diffuse photos et vidéos des opérations de police, des blessés et des morts, les listes des victimes, visite des hôpitaux et interroge des familles qui ont perdu l’un des leurs en raison de la répression policière. Elle maintient également des contacts avec des journalistes étrangers. A Tunisian Girl devient alors un point central pour l’opposition.

Dans le cadre de ses activités journalistiques, elle subit aussi la répression : son ordinateur et ses caméras sont volés durant un cambriolage en 2010 — interrompant ainsi son travail de doctorat en linguistique. Même après la fuite de Ben Ali, elle reçoit des menaces de mort. Elle vit sous la protection rapprochée de la police depuis 2013.

Une année après le début de la révolution, elle exprimait sa déception au vu des résultats et de la victoire électorale du parti islamiste Ennahdha ; la situation économique ne s’est pas améliorée et la révolution est encore inachevée. Lina Ben Mhenni met aussi en garde contre une dérive de l’État vers l’intégrisme.

Leave a Reply