Retour sur l’Université d’hiver

Nous voici deux mois et une poignée de jours après l’Université d’automne 2017.

Après une surprenante semaine entre Marseille et Tunis, nous sommes revenus à nos occupations routinières. C’est bien connu, le train-train quotidien a un pouvoir tellement absorbant et il va à une vitesse tellement rapide que je me serais attendue à vite oublier l’expérience… En plus, je faisais partie de la filière “Gouvernance et Engagement” [mise en place avec la Croix-Rouge Française et l’Association des Paralysés de France, pour faire monter en compétences des bénévoles dans le but de leur donner un plus grand rôle dans la gouvernance associative], celle des « crapuleux » qui sont un peu restés dans leur coin en début d’Université sans se mêler aux autres lauréats !

Et pourtant…

Je suis obligée d’admettre que l’Institut, avec son énergie, avec son effervescence d’intelligence et de vivacité, avec sa vision optimiste du monde et des personnes, eh bien il me manque.

Parce que j’ai fait des rencontres absolument inattendues. Et maintenant :

  1. je me balade avec une gourde de chez Décathlon pour éviter de trop polluer la planète avec les bouteilles en plastique (merci Julien et Jacques),
  2. lorsque j’ai envie de me vider la tête, j’enfile les écouteurs et je lance un morceaux des Dhamma ou d’EPI et wow !, tout problème disparaît,
  3. J’ai un bon plan pour changer de métier et m’épanouir,
  4. Je me sens réellement plus positive en ayant vu qu’il y a plein de jeunes intelligents et motivés qui ont envie que les choses marchent pour de vrai (et en travaillant en prison, ça fait du bien !).

Alors merci à l’Institut de l’Engagement, merci de tout cœur. Et merci à la Croix Rouge, sans laquelle je n’aurais pas pu faire cette expérience.

Petite curiosité : en tapant sur le web « Alheli », le nom de notre promotion, je suis tombée sur cette définition d’Urban Dictionary :

Alheli : a beautiful girl who’s usully insecure and very intelligent. Too nice and attracts any kind of man. Likes mangos and laying on the beach. Very good sense of style and she’s seems quiet and shy but once you’re really know her she gets comfortable around you and shows her wild crazy funny side. She’s very caring especially with those she cares about. Very nervous when it comes to flirting. You’ll never meet someone like her because she is one of a kind like the flower alheli.”

Who’s that girl? She’s so intimidating? Oh, that’s Alheli.

Ça nous parle ? J

Texte : Chiara Carmagnola, lauréate 2016

Leave a Reply