4 questions à : Rodolphe Loctin

Rodolphe Loctin, avocat.
Animateur de l’atelier “Peut-on tout défendre ?”

Qu’est-ce qui vous a le plus plu ou surpris dans votre intervention ?
Ce qui m’a le plus plu c’est l’interactivité, le niveau de participation des lauréats auquel je ne m’attendais pas du tout. C’était mon appréhension : j’espérais juste ne pas faire un monologue. Mais on m’avait dit que vous étiez différents. Ce qui m’a surpris aussi c’est l’absence de jugement. Je trouve qu’il y a une capacité à prendre une hauteur de vue, du recul, une forme d’empathie et de bonté. J’ai senti beaucoup de gens… bons. J’ai été très touché par ça. Il y a eu de très beaux témoignages. Vraiment. De très beaux témoignages, beaucoup de poésie aussi, c’était un beau moment.

Les lauréats en un mot ?
Les lauréats, alors moi je suis estomaqué de la différence de profil, de l’audace de parole… vous vous écoutez, chacun parle alors que normalement, ayant été étudiant, tout le monde se tait ! Là il y a eu une vraie interaction, j’ai passé un super moment, je me suis éclaté, vraiment ! On a construit un moment où peut-être chacun repart avec d’autres idées, avec une nouvelle manière de voir les choses, c’est ce qui est intéressant.

L’Institut de l’Engagement en un mot ?
C’est une très belle découverte. Une très belle découverte.

Pour vous l’engagement c’est … ?
L’engagement c’est vivre sa vie d’homme comme un homme. Un homme c’est un être vivant, un être humain, toujours au contact de ce qui nous fait bouger, de ce qui nous anime. On est une forme de vivant particulier, il ne faut jamais oublier que c’est cette humanité qu’on partage.

Texte : Perrine Nouals, lauréate Printemps 2017

Leave a Reply