Portrait de lauréat – Moïse Ali, promo Ose ta Cause

Portrait de Moïse Ali, promo Ose ta Cause, Printemps 2017

YB : Bonjour Moïse pourrais tu te présenter et nous dire ce que tu fais dans la vie ?
Je m’appelle Moïse ALI, j’ai 22 ans, je suis étudiant en première année de licence de physique chimie à l’Université Paris-Est Marne la vallée.

YB : Comment as-tu connu l’Institut de l’Engagement ?
MA : J’ai connu l’Institut de l’Engagement grâce à mon Service Civique que j’ai effectué dans l’association Zupdeco qui lutte contre le décrochage scolaire dans les collèges.

YB : Quel a été ton rôle à ZUPdeco ?
MA : Mon rôle à Zupdeco était assez varié, je devais m’occuper de plusieurs choses à la fois pour permettre le bon fonctionnement du dispositif, à savoir gérer les emplois du temps des bénévoles et des élèves pour mettre en place des séances de tutorat lorsqu’ils n’avaient pas de classe. Avec les autres volontaires, nous nous occupions également de contacter les familles des élèves étant dans le dispositif pour organiser des rencontres à plusieurs reprises. Nous devions également organiser une sortie dans un établissement supérieur avec les élèves pour leur faire découvrir de nouvelles choses. Et enfin nous devions nous même donner des tutorats aux élèves (car il n’y avait pas assez de tuteurs bénévoles) donc cela représentait une grande partie de notre travail.

YB : Pour toi, qu’est-ce que l’Institut de l’Engagement ?
MA : Pour moi l’Institut de l’Engagement c’est comme une grande famille, il me permet de m’orienter dans mes choix, ce qui n’est pas forcément évident à faire seul sans être conseillé de temps en temps.

YB : Conseillerais-tu l’Institut aux jeunes après un Service Civique ? Si oui, pourquoi ?
MA : Oui, j’ai déjà conseillé l’Institut à des camarades en Service Civique qui portaient des projets intéressants tels que la création d’association mais ne savaient pas par où commencer.

YB : Une dernière remarque ou conseil pour les jeunes lecteurs qui lisent notre blog ?
MA : Pour finir je dirais juste que, peu importe nos projets, il ne faut pas abandonner sans avoir tenté car il n’y a qu’en ne tentant rien qu’on est sûr d’échouer !

Inteview par Yacine Belhadi, lauréat Printemps 2017

Leave a Reply