Atelier Activ’jump, définir son environnement de travail idéal

By 27 juin 2018 juillet 23rd, 2018 26 - Autrans 2018, Ateliers, Promotions 2018

Deuxième matin à Autrans. Après l’incontournable réveil sportif animé par Matthieu, je choisis de rejoindre l’atelier de Charlotte intitulé « Activ’jump, définir son environnement de travail idéal ». Tout de suite, le ton est donné : ce sera dynamique, participatif et ludique !

Est-ce que j’avais imaginé un jour improviser pendant quatre minutes, debout face à un mur, en racontant tout ce qui me passerait par la tête ? Non. Et est-ce que quatre minutes, c’est long ? Oui, vraiment ! Pour activer notre énergie et notre créativité, Charlotte demande à la moitié du groupe de se prêter à cet exercice étonnant ; pendant ce temps, l’autre moitié se répartit dans la salle et toutes les trente secondes, se déplace pour écouter une personne différente. Ensuite, chaque personne qui a écouté a deux minutes chrono pour inventer une histoire, un poème, un dessin à partir de toutes les bribes de monologues entendues. Défi relevé ! Nous entendons ainsi parler d’un chat blanc qui éduque des chiens, de café, de voyages et de toutes sortes d’autres choses, mises bout à bout dans des récits aussi improbables que drôles !

A présent que notre attention est bien éveillée et notre sourire installé, nous entrons dans le vif du sujet. Il s’agit pour chacun de faire partager au groupe des émotions négatives associées aux activités professionnelles, puis d’en choisir cinq parmi toutes les propositions et de retenir les cinq émotions les plus mentionnées pour la suite de l’exercice. Pour nous, ce seront la frustration, le manque d’écoute, la solitude, la fatigue et le manque d’organisation qui ressortiront principalement. De quoi faire retomber la bonne humeur générale et ne plus vouloir remettre les pieds au bureau…

Heureusement, Charlotte est pleine de ressources et met aussitôt toute l’équipe à contribution pour proposer des solutions à appliquer à chacun des cinq états, tirées de notre expérience professionnelle et/ou de volontariat. Les suggestions fusent, se recoupent, se complètent et chacun peut y trouver un écho à son vécu ou de nouvelles idées à mettre en place. Voici le résultat de notre réflexion, qui pourra servir à tous :

Pour lutter contre la frustration :

  • Faire de la méditation (Headspace, en anglais, Insight timer, Petit bambou)
  • Installer une piscine à boules
  • Responsabiliser, pour créer plus de confiance
  • Faire de la boxe
  • Détacher les émotions des faits
  • Oser
  • Prévoir les café-croissants le matin
  • Avoir/Laisser plus de liberté d’action
  • Etre indulgent avec soi-même

Pour lutter contre le manque d’écoute :

  • Plus de communication
  • Faire des réunions d’équipes
  • Faire de la méditation, de la sophrologie
  • Travailler sur soi
  • Avoir un responsable de la parole en réunion
  • Mettre en place des groupes de parole
  • Faire des réunions régulières avec un tuteur
  • Prendre le temps de discuter

Pour lutter contre le manque d’organisation :

  • Faire des formations
  • Se faire une wunderlist
  • Auto-organiser selon ses compétences et préférences
  • Utiliser des outils pour s’organiser et planifier : asana, trello : https://trello.com/

Pour lutter contre la solitude :

  • Mettre en place un Ouistiti-cacahuète : quelqu’un doit secrètement être aux petits soins pour quelqu’un d’autre
  • Prendre des repas, pauses café ensemble, sans distinction hiérarchique
  • Faire des séminaires à l’étranger
  • Faire des activités extérieures
  • Lâcher prise

Pour lutter contre la fatigue :

  • Mettre en place un coin sieste
  • Dormir
  • Savoir décrocher de son téléphone, surtout à la maison
  • Mieux gérer son temps
  • Respecter la loi/le temps de pause et mieux s’organiser
  • Trouver le moyen de déléguer
  • Accepter de déléguer quand c’est possible
  • Travailler moins

La deuxième partie de l’atelier consiste à se mettre par binômes et à évoquer des choses que l’on aime faire (loisirs, passions), puis à raconter une expérience vécue dans le cadre de l’un de ces loisirs ou ayant un lien avec celui-ci. Pendant que l’un parle, son partenaire écoute attentivement, dos à lui pour ne pas être influencé par son langage non verbal, et s’efforce de retenir les informations essentielles pour être en mesure de les reformuler de façon synthétique. Ensuite, tous deux réfléchissent ensemble aux compétences et qualités que peut révéler l’expérience qui a été racontée.

Concrètement, j’explique combien j’aime marcher pieds nus dans la nature, combien cela m’apaise, me donne un sentiment de conscience de moi-même et de mon environnement. De là, je raconte que j’ai commencé à le faire durant une période difficile de mon parcours, où je cherchais à travailler sur mes émotions et à prendre du recul sur les choses ; j’en viens à évoquer la sophrologie et la manière dont j’ai essayé de minimiser l’impact de mes difficultés sur mon entourage, en lui parlant de ce que je vivais. Ma binôme résume très bien mes propos, puis nous nous penchons sur ma personnalité. Elle en déduit que je suis capable de me remettre en question, que je suis attentive aux autres et prête à communiquer en cas de difficulté, par exemple. Cela me parle et nous réfléchissons ensemble aux bénéfices que je peux tirer de ces points dans le monde professionnel. En quelques mots, on conclut que je sais faire preuve d’adaptation (dans le travail et vis-à-vis de mes interlocuteurs) ; que je connais et m’efforce de respecter mes besoins (donc suis disponible pour entendre ceux des autres) et que je suis prête à échanger lorsque nécessaire (difficulté, conflit). Quelques atouts qui pourront m’être utiles pour m’intégrer au sein d’une équipe et pour adopter les comportements adéquats en fonction des situations… et tout ça découvert en partant d’une simple balade pieds nus…

Avouez, vous avez envie d’essayer ce petit jeu ! N’hésitez pas à vous lancer avec un(e) ami(e) ou collègue, vous verrez, c’est facile à faire, vous allez passer un bon moment et en apprendre plus sur vous-même, sans passer par un séminaire de développement personnel ou cinq ans de psychanalyse !

Merci à Charlotte Canario d’Activ’Action pour cet atelier plein de ressources et aux lauréats présents, j’ai vraiment passé un bon moment, à la fois amusant et constructif !

Compte-rendu : Gaëlle Reynaud, lauréate Printemps 2018

Leave a Reply