Compte rendu : “Les mutations de l’Engagement”

By 26 janvier 2019 février 28th, 2019 29 - La Rochelle 2019, Conférences, Promotions 2018

Compte rendu de la conférence “Les mutations de l’engagement” par François Dubet, Professeur de sociologie.

Qu’est-ce qui a changé en l’espace d’un siècle ? Si j’avais fait l’Université de l’Engagement à votre âge, cela aurait été une autre forme d’engagement car à mon époque l’engagement était politique, moral ou militaire. La notion d’engagement était liée au monde professionnel et à la morale.
A mon époque, vous trouviez des jeunes de différentes mouvances au lycée : AJAC, Catho, Laïque… Etre engagé signifiait être militant. Aujourd’hui, le militant a disparu. Vous avez bien sûr les écolos avec la ZAD par exemple mais ce n’est pas un mouvement étudiant.
La notion de vocation a également changé. Avant lorsque l’on choisissait un métier on parlait de vocation, comme dans l’enseignement par exemple. Aujourd’hui, ce n’est plus la vocation dont on va parler par rapport à son métier mais ce sera la notion d’épanouissement : « Je sens que je vais m’épanouir… »
Au fil des années, la vie associative s’est développée et on a transformé des activités naturelles en activités professionnelles. L’emploi est mis en parallèle avec l’engagement. Engagement qui est devenu ponctuel et aller au-delà de son poste est synonyme de dignité sociale.
Quand j’étais au lycée, nous étions toutes et tous convaincu-e-s qu’une place nous attendait dans la société. C’était à nous de nous bouger et au destin social de se réaliser. Mais il y a eu un changement de conjoncture. Il faut finalement trouver sa place dans la société soi-même. Sur le même schéma, la notion d’amour n’avait pas d’importance car l’amour n’était pas essentiel au maintien de la vie de couple. Le mariage était comme un contrat passé entre deux parties. Actuellement, ce sont les sentiments qui vont construire le couple. Les sentiments font la force qui va faire tenir le couple alors qu’auparavant c’était la notion d’engagement qui allait faire tenir le couple.
Et le modèle actuel auquel on adhère c’est la possibilité de réussir, de se réaliser, se mobiliser…

Texte : Esther Pin
Photos : Lavan Natkunam

Leave a Reply