Compte rendu : “Rebondir, rebondir, rebondir”

By 27 janvier 2019 février 27th, 2019 29 - La Rochelle 2019, Conférences, Promotions 2018

Compte rendu de la conférence “Rebondir, rebondir, rebondir” par Philippe Rambaud lors de l’Université de l’Engagement à La Rochelle.

“Inventer une façon de se relever qui est collective”.

J’ai ressenti la même sensation en faisant votre connaissance, tous les lauréats, qu’en faisant du sport et en étant plein d’endorphine ! Je vous vois comme mes enfants et ce qui me préoccupe c’est ce que je veux vous transmettre !

Vous ne cesserez jamais de rebondir. C’est une occasion de grandir. Moi, j’ai grandi dans une vision binaire avec les winners d’un côté et les fainéants de l’autre. De ce fait, je me disais : je peux tout réussir, je suis ce que je fais… J’avais gravité dans une sorte d’illusion jusqu’à la fermeture de mon entreprise. Lors de celle-ci, j’ai été comme un capitaine de bateau qui emmène son bateau sur un rocher. J’avais l’impression d’avoir noyé mes 28 têtes blondes, mes jeunes employés que j’avais formés. Ils avaient l’âge de mes enfants. Ils comptaient énormément pour moi ! Par la suite, j’ai fait une dépression nerveuse, pris de mauvaises décisions avec le conseil d’administration. Avec tout cet enchaînement événements, je me suis effondré avec mon entreprise. Mon épouse m’a dit un jour : « Tu es triste et tu as perdu l’estime de toi ». C’est à ce moment-là que je me suis posé la question de savoir qui j’étais. Essayer de savoir qui l’on est, comme une introspection ou une décomposition de soi-même au scalpel est une grande aventure semée d’embuches. Et au bout ce travail effectué sur moi-même, j’en ai conclu que je suis un idéaliste et c’est très dangereux !

De mon expérience personnelle, je peux vous transmettre 2 choses : il ne faut jamais accepter de donner une caution personnelle à la banque lorsque vous financez votre projet. J’aime beaucoup les banquiers, mais parfois ils ne mettent pas les points sur les i ! Il vous faut donc prendre une assurance chômage lorsque vous vous lancez. Elle vous permettra d’être en sécurité au cas où votre projet s’arrête.

Vous savez l’excitation qu’engendre la création d’entreprise est comparable à l’excitation que l’on retrouve dans les compétitions sportives. Elle va avoir tendance à prendre beaucoup de place et être très intense, c’est pour cela que dans votre vie personnelle, il faut s’attacher à développer d’autres projets. Que ces entrepreneurs soient des femmes ou des hommes, quel que soit leur profil, ils vont plus ou moins au cœur du projet. Quand vous vivez des échecs ou bien lorsque vous faites face à n’importe quelle épreuve, vous allez rebondir ! Et nous grandissons grâce à ces rebonds. Ce qui fait la différence dans ces moments de rebond, c’est l’accompagnement. Il est très important de ne pas rester seul lorsque l’on vie des échecs profonds.

Un accompagnement qui fonctionne bien est le questionnement proactif. Il se module en 6 séquences. Ce processus fonctionne à 90%. Mais, dans le contexte actuel, cette économie du XXIème siècle qui rend notre monde imprévisible, notre part de responsabilité devient plus petite par rapport à la part du hasard. Et ce que l’on sait, c’est qu’on ne sait pas mieux piloter notre vie. Il faut donc travailler sur nos échecs et faire attention à notre flexibilité et notre santé mentale. Tout cela se travaille grâce à l’échec et permet ainsi d’augmenter notre flexibilité mentale. Un bon moyen de travailler sur nous-mêmes, c’est de prendre de la hauteur, comme un hélicoptère. C’est sans doute la première chose qui va compter dans le futur.
La seconde chose qui va compter ce sont les cicatrices, vos cicatrices : « Show your scars ». Une de vos formes de légitimité, ce sont vos fragilités, vos échecs. Ce sont ces moments de votre vie qui vous ont donné des forces ! Il faut les montrer ! Elles nous ont forgés !

Texte : Esther Pin
Photos : Rita Leonhardmair

Leave a Reply