Interview avec Jean-Christian Lointier

By 28 janvier 2019 février 28th, 2019 29 - La Rochelle 2019, Intervenants, Promotions 2018

Jean-Christian Lointier est professeur d’université à la double casquette, pédagogue et chef d’entreprise. Il a commencé à travailler à 16 ans dans une banque. Il a eu l’opportunité de gravir les échelons au sein de l’entreprise avant de créer sa propre société. Entretien.

Qu’est ce qui vous à le plus surpris pendant votre intervention ?
La concentration et l’intérêt des jeunes porté à la création d’activité

Les lauréats en 1 mot ?
Motivation

L’institut en 1 mot ?
Soutenir/Encourager (les projets sans faire à la place des autres)

Pour vous l’institut de l’engagement , c’est quoi ?
Donner, transmettre et partager !

Conseils à donner aux jeunes de l’institut qui se lancent dans la création d’activité ?
Croire dans son projet, ne jamais lâcher, voir son opiniâtreté sans jamais renoncer.

Quel sont les raisons qui vous ont poussées à créer votre entreprise ?
Ne plus jamais avoir le syndrome du dimanche soir,
ne plus jamais penser à la fin du mois,
être le plus autonome possible.

Un modèle, un mentor ? Qui t’a inspiré ?
Deux amis dont j’ai voulu épouser les valeurs humaines.

Il y a t-il un profil type pour devenir entrepreneur ?
Dans ce monde, il y a 2 types de personnes, les 2 ne sont pas destinés à faire les même choses mais sont essentiels dans l’entreprise.
Il y a les meneurs qui sauront développer et concrétiser un projet.
Les suiveurs auront de très bonnes idées, ce sont de d’excellents “seconds de couteaux” mais ils auront du mal à concrétiser un projet. Il est important d’être honnête avec soi-même et de se connaitre pour savoir si l’on est plutôt suiveur ou meneur.

Être étudiant et entrepreneur ? Bonne ou mauvaise idée ?
Il n’y a pas de réponse type, cela dépend de la personne et de l’envie de chacun. J’avais un étudiant en Master 2 qui avait créé et bien développé son entreprise mais qui n’a finalement pas réussi à avoir son Master 2.
Certains pourront faire des études et bâtir leur projet et pour d’autres cela n’as pas marché car ils n’ont pas eu la capacité à se diversifier.

 

Texte : Lucas Sainte-Marie
Photos : Rita Leonhardmair

Leave a Reply