Comment écrire un article épique pour votre blog ou site Internet – Partie 1

Quelque soit la raison qui vous pousse à écrire un article, de nombreuses règles s’imposent. Le confort de lecture est aussi important que votre référencement sur les moteurs de recherche. A travers cet article, nous étudierons les manières d’améliorer la forme et le fond de vos articles. 

La forme

Les différentes parties de votre article

Avant de commencer à rédiger votre article, pensez à le structurer. Les différentes parties structurées avec des titres et sous-titres permettront plusieurs choses. Premièrement, ça vous aidera à organiser vos idées. Deuxièmement, ça donnera une articulation aux différents éléments. Finalement, vos lecteurs pourront avoir un aperçu de l’article avant d’en faire une lecture approfondie.

Une partie ne doit pas exister juste pour exister, alors n’en négligez aucune.

Aussi, rangez-les dans un ordre logique. Si votre article porte sur l’Histoire, l’ordre peut être chronologique. Si votre article traite des pratiques rédactionnelles, rangez les parties par importance.

La taille 

On vous a surement souvent dit que la taille ne compte pas. Pourtant, c’est un aspect fondamental dans la rédaction d’un texte. Un article ne doit pas faire plus de 3500 caractères. Si c’est le cas, supprimez ce que vous considérez peu utile. Vous pouvez diviser votre article en plusieurs articles, une pratique avec des avantages et inconvénients. 

L’article doit être court, de même que les phrases et paragraphes qui le composent. ¾ des phrases, au moins, doivent contenir au maximum 20 mots. Limiter le nombre de mots aide aussi bien le rédacteur que le lecteur à aller à l’essentiel. Concernant la taille des paragraphes, 150 mots par paragraphe maximum semble donner de bons résultats.

La longueur des lignes de texte est la principale raison de fatigue du lecteur. Faire balayer son regard de gauche à droite fatigue les muscles des yeux et le cerveau. Après avoir étudié plusieurs médias en ligne, on peut constater que la limite moyenne est de 15 mots par ligne. De plus, une mise en page étroite du texte semble être la pratique la plus répandue.

Vocabulaire-grammaire-conjugaison

Diversifier le vocabulaire est une façon intéressante de donner du style à un texte. Toutefois pour garder votre lecteur immergé dans la lecture, conservez les mêmes dénominations. Éviter, au sein d’un même texte, d’utiliser 10 termes différents pour un même concept, entité ou phénomène fluidifie la lecture. Aussi, le premier mot d’une phrase ne doit jamais se répéter de façon consécutive dans une autre phrase.

Ne mélangez pas langage familier et soutenu. Le mieux étant d’adopter un langage courant. Ce conseil est toutefois à adapter en fonction du public cible de votre article.

Quand vous le jugez pertinent, faites usage de connecteur ou liens logiques. Au delà de faciliter la compréhension, ils guideront votre lecteur à travers votre article. Les connecteurs sont nombreux et s’utilisent différemment en début, milieu et fin de phrase. 

L’usage du passif peut entraver la compréhension d’une phrase. En conséquence, faites en un usage modéré.

Faire relire son article avant publication

Vous avez un doute sur votre style d’écriture. La peur que vos phrases soient trop simples ou trop compliquées s’est emparée de vous ? Faire relire votre article par des proches est un bon moyen de vérifier que celui-ci est suffisamment percutant et digeste. En plus, cela permettra la correction des fautes d’orthographe et la détection des syntaxes pénibles tels que les doubles négations. 

Continuez la lecture de la partie 2.

Texte : Youri Bergoug, membre de l‘OFCI.
Image : OFCI

Leave a Reply