Chrysal’IDE : 1 an d’accompagnement en images

By | 4 - Université de printemps 2016-1 et 2016-2, Promotion 2016 | No Comments

Autrans, Juillet 2016 – Anglet, Juin 2017.
Après 1 an d’accompagnement, 4 Universités, des centaines de parrainage, et des milliers d’échanges, la promotion du printemps 2016, les « Chrysal’IDE », prennent leur envol sur une vidéo retraçant certains de leurs meilleurs souvenirs.

Photos : Lavan Natkunam, lauréat Automne 2016

L’envol des Chrysal’IDE: témoignage de Baptiste

By | 4 - Université de printemps 2016-1 et 2016-2, Promotion 2016 | No Comments

En quelques mots, quel était ton projet en arrivant à l’Institut ?
Mon projet, c’était d’avoir un coup de pouce pour faire mon Master 2, que je pensais faire en formation initiale, classiquement. Et j’ai un peu bifurqué au dernier moment ; j’ai trouvé une formation en alternance. Je fais un Master 2 en communication avec l’Université Paris 13 et je travaille à côté dans un centre culturel de la Courneuve en Seine-Saint-Denis. Ma semaine, elle s’organise comme ça.

Qu’est ce que l’Institut t’a apporté cette année ?
Je crois que l’Institut m’as apporté beaucoup de rencontres. Je crois que c’est ça que je retiens de cette année-là; c’est d’avoir eu comme possibilité d’avoir un accélérateur de connaissances, de rencontres et d’échanges aussi, sur des parcours qui sont hyper intéressants, parce que hyper engagés dans pleins de domaines différents ; dans les sports, dans la culture, dans la santé… et en fait on retrouve après des points communs lorsqu’on échange sur les raisons de cet engagement-là. C’est hyper touchant, et puis ça permet après d’avoir comme des référents autours de nous, sur des sujets qu’on ne connait pas forcément, et qui sont en plus des gens hyper sympathiques. Donc c’est vraiment l’occasion de pouvoir faire des rencontres.

A la fin de cette année avec l’Institut de l’Engagement, comment tu définirais « l’engagement » ?
Je crois que l’engagement, c’est des croyances très personnelles en fait, qui sont le produit d’une éducation, d’une sensibilité, d’une volonté d’agir aussi collectivement. Ça ne peut pas être une démarche isolée, c’est forcément quelque chose de collectif. Donc c’est un peu tout ça qui produit l’engagement. Le résultat de tout ça, c’est l’engagement pour moi !

Interview de Baptiste Boumard par Marine Boitrel, lauréats Printemps 2016

« Le temps… » Constance Mukenyi, lauréate 2016

By | 4 - Université de printemps 2016-1 et 2016-2, Promotion 2016 | No Comments
« On se situe à chaque instant pile poil entre l’avenir et le passé.

C’est le présent, ce précieux cadeau du temps nous est gracieusement offert à chaque moment,

C’est la vie, celle qui nous lie, nous re-lie, aux histoires de l’humanité

L’univers de chacune de nos singularités.

L’Institut c’est comme un voyage, une multitude de trucs et de gens-luc, qui provoquent des décalages.

De 16 à 29 ans… en fait peu importe les âges du temps,

Ce qui compte, c’est de devenir de plus en plus sage.

On chemine à travers un espace temps criblé de mines,

Attention à là où nous décidons de poser le pied !

Risque-t-on de tomber dans le vide et de s’noyer parce que le fond nous semble trop profond et qu’on a l’angoissante sensation de ne plus avoir pied ?

Allons-nous céder aux si nombreuses pressions de la société ?

Lâcher prise et laisser le temps passer, échapper, gaspiller,

Nous laisser porter par le courant comme des feuilles ballotées entre des vents et des marées ?

Décider d’ignorer d’écouter les cris, les pleurs, les hurlements de notre Terre en douleur ?

Nature et Humanité à parité. Les dés sont jetés, les options nous sont données…

Le choix du non choix EST un choix.  Voulons-nous être complices de cela ?

Désirons-nous continuer à laisser fuiter les regards de nos yeux ?

A s’faire s’étouffer les battements de nos cœurs à travers lesquels nous nous sentons connectés à notre humanité ?

Parfois, il est vrai que nous nous sentons découragés, mais un jour une grande sage a dit – et ce jour c’est aujourd’hui – « Même le ventre de l’amertume peut abriter la beauté »

C’est paradoxal, pas vrai ? Pourtant, c’est vrai. Read More

Envol des Chrysald’IDE: témoignage d’Alfred

By | 4 - Université de printemps 2016-1 et 2016-2, Promotion 2016 | No Comments

Quel était ton projet quand tu es arrivé à l’Institut de l’Engagement ?
Quand je suis arrivé à l’Institut, mon projet était de pouvoir mener à bien mon envie de développer le social au Sénégal. En faisant passer ça par exemple par la création d’écoles sociales au Sénégal et partout en Afrique par la suite, et tout ça… Je suis rentré dans l’Institut pour avoir un réseau et pouvoir, justement, mener à bien mon projet.

Et du coup, qu’est-ce que t’a apporté l’Institut ?
Aujourd’hui, je vais rentrer en deuxième année d’éducateur spécialisé. Et grâce à l’Institut, qui m’as mis en relation, justement avec ma marraine Beata Umubyeyi-Mairesse, j’ai pu avoir un réseau du Sénégal – un très grand réseau qui est non-négligeable – ce qui fait que, par la suite, je pourrais m’appuyer sur eux pour le lancement de mon projet.

Aujourd’hui, si tu devais redéfinir « l’engagement », après cette expérience à l’Institut, qu’est-ce que tu dirais ?
A ce jour, je mesure l’importance de l’engagement et je me dis maintenant que, quoi qu’il arrive, quoi qu’il se passe, il faut rester engagé et se battre pour ses projets. Et ça, l’Institut me le rappelle avec les conférences et tout ce que j’ai pu vivre ici avec tous les lauréats. Que l’engagement, c’est ce qui fait ce que nous sommes, ça peut donner du sens à notre vie !

Interview d’Alfred NDiaye par Marine Boitrel, lauréats Printemps 2016